Bloc de navigation Accueil Retour à la page précédemment affichée
Titre de la page du yacht d’Hippolyte Vaucourt en 1905

Bourg-de-Batz — Le Yacht d’Hippolyte Vaucourt en 1905

Aller en haut de page Le Prieuré Saint-Georges, titre de la chronique de ses premiers habitants.

Le Saint-Georges d’Hippolyte Vaucourt

En 1905, Hippolyte Vaucourt est à mi-mandat de son engagement municipal ; bien établi dans la commune,

L’Informateur des Gens de Lettres et des Dessinateurs.

Hippolyte Vaucourt dans l’annuaire de L’Informateur des Gens de Lettres et des Dessinateurs de 1905.
BNF

il décide à 55 ans d’acheter un bateau pour parfaire son ancrage dans la société locale. L’Informateur des Gens de Lettres et des Dessinateurs, organe de la profession, publie un annuaire recensant écrivains et métiers de l’image. Dans son édition de 1905, Hippolyte Vaucourt fait publier la description ci-contre, résumant sa position sociale. Ses décorations : chevalier de la Légion d’honneur, officier de l’Instruction publique, officier du Mérite agricole ; ses trois domiciles à Paris, au Theil et à Batz sont cités, ainsi que la présence d’un yacht, le Saint-Georges, supposé armé au Croisic et portant le prénom de son fils décédé.

Matricule des Bâtiments du Commerc du Croisic, folio 74 de 1905..

Le Croisic — Matricule des Bâtiments du Commerce, folio 74 de 1905.
Archives départementales de Loire-Atlantique

Matricule des Bâtiments du Commerce

La recherche d’informations précises sur l’identi­fication et l’histoire de ce yacht s’est avérée mal­aisée, bien que les Archives départe­mentales de la Loire-Atlantique mettent à dispo­sition différents docu­ments relatifs à la mer, notamment les registres d’immatri­culation des navires armés aux ports du Croisic, de Nantes et de Saint-Nazaire.

Un bateau du nom de Saint-Georges, donné appartenir à Hippolyte Vaucourt, y figure mais il est enregistré comme étant un « canot  », jaugeant un modeste tonneau, faisant penser à une annexe plus qu’à un yacht.

Aucune autre embarcation n’est enregistrée aux noms de Saint-Georges et Vaucourt.

Hippolyte Vaucourt aurait-il quelque peu forcé le trait en déclarant yacht une simple barque à voile comparable à celles amarrées dans le petit port de la plage Saint-Michel de Bourg-de-Batz ?

Un examen minutieux de la carte postale ci-dessous valide cette hypothèse.

Le Saint-Georges au mouillage...

Canots dans le petit port Saint-Michel de Bourg-de-Batz.

Canots dans le petit port Saint-Michel de Bourg-de-Batz.
Collection personnelle

Le bateau situé au fond, dont la proue est agrandie dans l’incrustation en bas à droite, porte l’immatriculation C222, difficile à lire, certes, mais cependant incontestable. En 1905, les immatri­culations des bateaux étaient composées d’une lettre identifiant le bureau de rattachement — « C » à cette époque pour le bureau du Croisic, elle deviendra « SNCI », jusqu’à ce que le bureau du Croisic ferme —, suivie d’un numéro d’inscription assigné séquentiel­lement au fur et à mesure de l’enregistrement des bâtiments dans le Matricule des Bâtiments du Commerce.

L’extrait du folio 74 présenté ci-dessus comporte ce numéro d’inscription, dans l’angle en bas à gauche et fait la liaison avec le canot de la carte postale. Cette modeste barque de pêche est donc bien le yacht qu’Hippolyte Vaucourt a déclaré à l’annuaire de L’Informateur des Gens de Lettres ! Il faut dire, à sa décharge, que le bordereau d’inscription publié par L’Informateur n’a qu’une ligne libellée yacht, pour indiquer le nom de toute embarcation.,

Batz n’était ni Cannes, ni Monaco, mais chaque matin, en se levant, Hippolyte
Vaucourt, depuis la fenêtre de sa chambre du Prieuré, pouvait admirer son yacht.

3 juin 2021


-  © Jean-François Caillet 2008-2018  - 

www.bourg-de-batz.fr
V1.0 - 19/7/2021 - 8:53:15